Echecs Electronique

Echecs Electronique
Ce blog est un voyage immobile. Un Voyage intérieur et nostalgique. Nostalgie d'une passion née le jour où j'ai acheté ma première machine électronique, c'était un Saitek Electronic Chess Partner. Nous étions en 1992. J'ai passé des nuits à essayer de le battre. Un jour j'ai réussi et je suis passé à d'autres machines et j'ai ensuite, par la force des choses, arrêté. 20 ans après j'ai commencé une collection pour tenter de retrouver cette période et j'ai bien sur commencé par lui. J'avais 40 ans peut-être pour anéantir une période de crise intérieure qui s'annonçait... Je ne sais pas... Niveau échecs J'ai toujours été un joueur occasionnel donc de faible niveau. Mon intérêt principal reste ses machines infinies, ses machines nostalgiques que je présente dans ses post au travers de ma collection.

lundi 10 juillet 2017

IN THE BEGINNING


1992

Je rentrai timidement dans la vie active sans passion, sans conviction, ayant fini ma dose minimale d'études et je me préparai à affronter le monde du travail sans banderilles.
J'étais encore entre ses deux mondes: celui de l'enfance, du passé, des rêves sacrés, des obsessions, d'une certaine notion de la liberté et celui en devenir qui me garantissait dans le meilleur des cas un bonheur simulé, assisté, une certaine notion de la réussite et de l'échec et une fin validée par la caisse de retraite.
Je cherchais mes marques dans cette époque "bof" et m'égarais quelque peu avec le major Tom.
J'avais 20 ans et devais en paraître beaucoup plus.
C'était l'été, tout était au ralenti, j'avais acheté un numéro de la revue Europe Echecs consacré au retour de Fischer contre Spassky à Sveti Stefan. Un reportage sur cette revanche du championnat de monde de 1972 avait été diffusé la veille et m'avait littéralement passionné.
Et les passions pour moi à l'époque étaient plutôt des denrées rares.

Je ne connaissais pas Bobby Fischer. 
J'avais joué aux échecs enfant.
Autrefois.

Accueilli comme une Rock Star ce personnage n'a pas tardé à m'intriguer.
Grand et Fier en 72 il paraissait avoir sombré. 
Vingt ans séparaient ses deux périodes, et pourtant j'avais l'impression que cet homme avait dû passer sous un rouleau compresseur ou effectuer un séjour dans une chambre d'isolation sensorielle pour vieillir autant. 
Seuls ses yeux n’avaient pas changé.
Un regard aussi perçant que des lames de rasoir. 
Un côté "au-delà de l'obsession" avait dû l'anéantir. 



Dans cette revue, il y avait des encarts publicitaires sur les échiquiers électronique, les chesscomputer comme on devait les appeler à l'époque.
Je ne connaissais pas non plus.
Il était impossible qu'un programme aussi complexe puisse loger dans un coffret en bois ou en plastique aussi petit.
J'en étais resté au programme Chessmaster 2000 sous MS-DOS et qui fonctionnait avec une disquette 3/4.
Rien d'émotionnel! Une vraie galère à utiliser.
Aucun plaisir.
Pour moi, une machine était dépourvue d'émotions et ne pouvait pas se mesurer à un homme aux échecs, elle ne pourra jamais le battre.
Cette vision des choses me venait de l'enseignement.
J'ai appris un peu comme une oie. Un gavage subtil et méthodique avec un coup de règle sur les mains pour faire rentrer les choses.
Une époque!
Je ne savais pas toute la recherche et l’ingéniosité qu'il a fallu aux développeurs de cette époque, pour concevoir de tels programmes, et quelles difficultés ils ont du affronter.
Sans compter les concepteurs....
Aujourd'hui  ce monde des "oldies 1.0" me fascine.
Me sentirais-je obsolète?

Ici dans ces encarts, les machines avaient un côté mélancolique.
Elles "étaient" physiques, belles.
Des compagnons d'errance.




    " La nostalgie revient lorsque le présent n'est pas à la hauteur du passé"

En lisant cet article, en naviguant dans cette revue, je replongeai dans cette enfance solitaire passée à dévorer des dictionnaires sur l'antiquité ou je recopiai sur un cahier des schémas, des textes sans cohésion tout en rêvant à ces civilisations disparues, ses mondes obliques, ses voyages oubliés que je ne verrai ou ne ferai jamais... 
Une plongée directe vers l'enfance... un alunissage.
C'est ce jour là que je suis devenu analogie.

"La comparaison entre deux routes tortueuses n'est pas une analogie, car ce sont deux objets de même type, c'est une simple ressemblance. Une route qui serpente est une analogie.

Et si H.A.L pouvait vraiment chanter "au clair de la lune".

Et si Bobby Fischer .... était H.A.L qui sur le toit du monde avait été débranché.

J'avais bien eu, à la Fac, quelques notions de programmation en turbo-basic et en Pascal (sur des Goupil vraiment très laids). Des cours qui ne m'avaient pas laissé un souvenir impérissable mais plutôt des moments ennuyeux à mourir.
L'informatique pour moi à l'époque, et j'avais tort, était un long enchaînement de boucles d'instructions sans fin qui au bout du compte n'arrivaient pas à faire grand-chose mis à part mettre les nerfs à vif... 
Mais je n'y connaissais rien. Vraiment rien.

C'est bien après, par la force des choses, que je suis devenu Informaticien.
Et puis doucement au fil des années.... 
Un passionné........ 
Un persévérant .... 
Et au final .......
Une légende caduque....
Un dinosaure plongé dans des "heures souterraines".


Depuis l'enfance je jouais seul aux échecs sur un échiquier en plastique en tentant de résoudre des problèmes de Mat en 1 - 2 -3 coups d'une revue spécialisée de problémistes que j'achetais chez le buraliste (Q.I Spécial échecs). 



Par la suite j'avais tout arrêté car je n'allais guère au-delà de la résolution de mat en 2 coups. 
J'étais désespérant .
Pour me confronter à un partenaire devant un échiquier, c'était du même acabit. Je n'arrivai pas à me concentrer et donc j'abandonnai furieux dès que je sentais que la partie m'échappait. Ce qui arrivait généralement dès le dixième coup.

J'étais bien capable d'apprendre très rapidement, de m'adapter quand il le fallait, d'assimiler des textes entiers sans difficultés, mais ici, devant cet échiquier, je perdais pied.
J'étais "muet" comme submergé et je perdais mon sang-froid.
Cette passion-lutte évoluait en auto-destruction.
Un miroir de l'âme.

           "La vie et les Echecs sont tous les deux une lutte constante".



J'ai donc abandonné cette passion et me suis consacré à autre chose.
Bien d'autres choses....
Mais je savais forcement que j'allais un jour ou l'autre y revenir.

                   "la lucidité est la blessure est la plus proche du soleil

Donc des années plus tard.
......
L'article flash-back sur la vie de Fischer avait été captivant.
Je me suis mis à dévorer les livres retraçant l'histoire des champions du monde.
Et l'image initiale que je gardai du matheux en jogging qui pousse son pion avec les blancs dans une salle omnisports disparue.
Morphy,  Lasker,  Capablanca, Bogoljubow, Botvinnik , Kortchnoi, Kasparov, Karpov .....
Toutes des vies romanesques qu'aurait pu écrire Flaubert.




Il y  avait très peu de livrés spécialisés à l'époque traduits en français, quelques références mais aucun poussé au niveau historique. 
Heureusement très rapidement en 1993 Nicolas Giffard et Alain Biénabe écrivirent la Bible "le Guide des échecs". Une référence. 
Passionnant! Je le relie souvent.
Et puis plus tard j'ai pu me procurer "la fabuleuse histoire des champions
d'échecs" bien antérieure (un livre magnifique!), et voir bien après le film Canadien "Jouer sa vie" 1982 de Gilles Carle et Camille Coudari.




Au cours d'une soirée, je suis tombé sur cette documentation SAITEK de l'époque grâce à un ami qui jouait dans un club, avec notre ami Gary en représentant de commerce de luxe.




J'ai eu l'idée d'acquérir une de ses machines, et rejouer les parties des grands maîtres. Me plonger dans l'histoire des échecs. Revenir en arrière. Tout recommencer depuis l'échiquier en plastique.
Astral, Conquistador, Turbo king, Virtuoso, Galileo, Corona, Renaissance..... 
Idéalement je visais le Corona ou le Galileo voir le Renaissance.
Le Top du Top et d'une beauté sans pareil.
Et quelles promesses !  
- Retour en arrière dans la partie
- Résolution de Mat 
- Multiples Niveaux de jeu 
- Affichage de la profondeur d'analyse, de l'évaluation, des variantes !
- Conseil 
- Fonction d'entrainement.
Un sacré prof!




J'avais bien songé aux magasins spécialisés.  Même si nous étions au début des années 90, il fallait "monter à Paris"  ou commander par correspondance.
Et j'ai vite déchanté quand aux prix de ses machines.
Surtout les Mephisto.
Il fallait être lucide, seules les machines d'entrée de gamme étaient dans mes moyens.


Il ne restait donc que les grandes surfaces plus accessible pour moi et nous étions en pleine période de noël.
En 1984-1985, deux Champions du monde avaient contribué à l'essor de ses jeux pour en faire des produits de masse.
Deux Champions - Deux produits dans un rayon d'un supermarché entre les peluches et les Trétris:

- Orion Millenium Karpov (un 6 en 1)
- Saitek Electronic Chess partner Kasparov (qui date de 1988)

Franchement au vu du choix il n'y avait pas photo.
J'ai donc commencé par lui.
J'ai donc commencé par le début avant de découvrir la suite....



Aucun commentaire: